Enseignements bibliques de Myriam Voisin

17 mars 2019

L’IDENTITÉ

 

L’identité

 

  

Nous avons tous des idées différentes de l’identité :

  • Notre identité détermine qui nous sommes réellement.
  • Souvent nous nous identifions aux autres car nous ne savons pas qui nous sommes, au risque de nous perdre réellement. 

Comment je me vois ? Comment je me montre aux autres ?

Nous remplaçons le qui suis-je ? par à quoi je ressemble, de quoi j’ai l’air ?

Ou bien nous pensons que notre identité vient de notre fonction.  Lorsque nous nous présentons aux autres, je suis un tel…. Docteur, vendeur, mère de, sœur de, ou pasteur, ou femme de…….,

Mais cela n’est pas mon identité, seulement un rôle que j’assume.

Les traits de mon caractère ne déterminent pas non plus mon identité. 

L’identité est que je suis moi au plus profond de mon être. Il peut arriver des changements dans ma vie, je serai toujours moi, la même. 

Quand vous pensez qui suis-je ? que voyez-vous ? un rôle, une fonction, une image, un trait de caractère ? 

  • Pour ma part je voyais une forme de visage comme celle d’un mannequin, avec rien ni cheveux, ni yeux, ni bouche, rien. Inutile, quelconque, transparente, car j’ai laissé les paroles, les actions des autres détruire ma véritable identité, celle que Dieu a créé. 
  • Je n’avais pas le droit de vivre, j’étais une erreur, sans aucune valeur.

Maintenant je ne me compare plus aux autres pour exister, je n’ai plus à me mettre derrière mon rôle de mère, d’épouse, mon travail pour être quelqu’un, je le suis tout simplement. 

Bien souvent nous ne savons pas qui nous sommes car notre éducation, l’école, la famille, les amis, le milieu du travail, les trahisons, les blessures, les expériences de la vie ont fait que nous avons construit des murs, mis des masques pour représenter ce que nous pensons être ou ce que nous pensons que les autres veulent voir, afin de ne plus souffrir, d’être accepté. 

Les paroles blessantes, les actions des autres et parfois de nous-mêmes nous ont détruites et nous avons une mauvaise perception de nous-mêmes, nous perdons l’assurance. 

Nous avons des complexes d’infériorité, nous sommes dans le rejet, l’insécurité, la peur, les doutes, le perfectionnisme, la comparaison, les frustrations, la dépendance, le ressentiment envers nous-mêmes, la haine de nous-mêmes etc….

Nous avons ouvert à l’ennemi qui saute sur nos peurs, notre insécurité pour nous affaiblir et nous empêcher de connaitre qui nous sommes réellement. 

Nous sommes dans la crainte de l’homme. 

Si nous faisons taire tout cela une fois pour toutes en nous, et acceptons ce que le Seigneur dit de nous, notre identité se révèlera de plus en plus, notre estime de nous-mêmes nous donnera d’être accomplie émotionnellement, psychiquement, spirituellement. Et cela jaillira de tout notre être. 

Dieu sait qui nous sommes, laissons-le-nous le révéler, faisons tomber les masques. S’il nous a créé ainsi c’est qu’il avait besoin de nous ainsi, et pas comme nous voulons être perçus par les autres. 

Nous sommes des personnes uniques, pas des robots conforment les uns aux autres. 

Psaume 39 

« Avant que tu sois tissé dans le ventre de ta mère, je te connaissais ». 

Romains 8 : 29-30 

« Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinées à être semblables à l’image de son Fils… » 

Nous n’avons rien à prouver pour être. Notre identité est ce nous sommes au plus profond de nous. Alors que nous acceptons cela, nous n’avons rien à prouver, nous sommes comme nous sommes avec nos qualités, nos faiblesses.  

Romains 8 : 15-17 me dit que je suis une enfant de Dieu 

Nous sommes saints, c’est un fait nous n’avons rien à prouver, rien à faire. Romains 1 : 7 

Esaïe 54 :10-11 

« Quand les montagnes s’éloigneraient, quand les collines chancelleraient, mon amour ne s’éloignera point de toi……… » 

Nous sommes aimés inconditionnellement. 

Nous avons de la valeur, même si nous étions tout seul sur terre, Jésus serait venu sur terre pour mourir pour moi. 

Esaïe 43 :4, Matthieu 10 : 30-31 

« Parce que tu as du prix à mes yeux, parce que tu es honoré et que je t’aime. » 

Mon identité je la découvre jour après jour, dans la Parole, alors que je me vois comme Dieu me voit. 

Pour Dieu je suis sa fille, son fils car lorsque j’ai accepté Jésus par la foi, c’est ce que je suis devenu. Lorsqu’Adam pécha il perdit sa filiation avec Dieu le père, son esprit qui le connectait à Dieu est mort et c’est la même chose pour moi, mais à la nouvelle naissance mon esprit est ressuscité, il s’est reconnecté avec le Père, et ma filiation est revenue. 

C’est un fait, une réalité je suis fille (fils) de Dieu. Cela a été accompli une fois pour toute à la croix. Je ne peux rien rajouté pour être accepté par Dieu. J’ai été scellé par le Saint esprit en Lui. 

Ephésiens 1 : 13 

« …En lui, vous avez cru et vous avez été scellés du Saint Esprit qui avait été promis. » 

Galates 3 : 26-27 

« Car vous êtes tous fils de Dieu par la foi en Jésus-Christ » 

Jésus a tout accompli, et le Saint Esprit l’atteste à mon esprit. 

Romains 8 : 14 

« Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » 

Je dois appliquer cette vérité dans ma vie, en rappelant à ma chair qu’elle est clouée à la croix. 

Il se peut que j’oublie cela et m’écarte à nouveau en écoutant ma chair plutôt que mon esprit, Dieu ne me rejette pas pour autant, il me suffit juste de venir devant lui, de m’humilier en sa présence en me repentant (Métanoeo en grec qui veut dire un changement de pensée, d’état d’esprit, reconsidérer) et Dieu me pardonnera. 

1 Jean 1 : 9 

« Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. » 

Se repentir c’est plus que dire désolé, mais c’est aussi une action, une décision de changer sa façon de penser, d’agir. 

En tant qu’enfant, souvent nos parents, les personnes en autorité nous ont modelés, façonnés. Nous sommes entrés dans le moule du monde, même si au fond il ne nous correspondait pas, nous voulions faire partie et ne pas être mis à l’écart. Les personnes pouvaient dire c’est bien le fils de son père, de sa mère etc… car nous avons pris certaines caractéristiques familiales qui nous ont façonnés. 

Jésus nous a dit : 

 Jean 14 :16 et 18 

« Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu’il demeure éternellement avec vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous. » 

 Jean 14 :26 

« Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit. » 

 Alors que je laisse le Saint Esprit m’enseigner les principes du Père, et que je m’applique à les mettre en pratique, je suis de plus en plus à Sa ressemblance. De plus en plus en connexion avec Lui. Je peux alors plus facilement me tenir en Sa présence. 

Je suis enfant de la promesse, libre en Lui, car je ne suis plus sous l’alliance du Sinaï qui me maintenait dans l’esclavage du péché », mais sous celle de Sion qui est la Jérusalem céleste, ma mère.  Je peux marcher selon l’Esprit qui est le gage de mon héritage. 

Ephésiens 1 :14 

« Lequel (le saint esprit) est un gage de notre héritage… » 

Non seulement je suis fils de Dieu, mais cette filiation a fait de moi un hériter de Dieu, cohéritiers de Christ. 

Ephésiens 1 :11 

« En lui, nous sommes aussi devenus héritiers… » 

Dans ces versets, vous pouvez voir le Père, le Fils et le Saint-Esprit tous impliqués dans cette relation avec nous, nous aidant à voir à la fois qui nous sommes vraiment et le potentiel qui existe en nous. Nous pouvons avoir et entretenir une relation avec eux   

En tant que fils de Dieu, nous avons également une responsabilité, nous sommes responsables de nos vies et des sphères d’influence qu’il a déjà attribuées à chacun d’entre nous, mais à mesure que nous grandissons, nous sommes appelés à nous engager dans de nouvelles responsabilités: prendre nos positions célestes de roi et de sacrificateurs. 

Nous avons une position royale, et une prêtrise, nous sommes une race élue. 

1 Pierre 2 :9 

« Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis. » 

Apocalypse 5 : 10 

« Tu as fait d'eux des rois et des sacrificateurs pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre. » 

Nous avons l’autorité en Lui, nous sommes assis avec Lui dans les lieux célestes. Lorsque le roi donne un décret celui-ci s’accomplit. De même de notre bouche, nous devons proclamer ce que Dieu nous révèle dans notre temps d’intimité avec Lui et l’amener ainsi à réalisation sur terre. Ainsi la volonté de Dieu se réalise sur terre comme au ciel. 

Nous sommes des sacrificateurs, tout comme les sacrificateurs représentaient le peuple devant Dieu. Nous devons remplir notre fonction d'intercesseurs pour nos nations, nos églises, nos familles. Notre prière permet à Dieu d’agir sur terre. 

Je peux croire que je suis ce que les autres pensent de moi, ont fait de moi, ou je choisi de croire que j’ai été choisi, béni, adopté par Dieu, racheté, pardonné, scellé, aimé, sauvé, victorieux, que  je fais partie de la royauté, un sacrificateur. 

Ce que je crois déterminera mon identité car cela me façonnera jour après jour.

 

Posté par Voisin myriam à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


10 décembre 2018

Jesus le pain de vie

Jésus le pain de vie

 

Matthieu 1 :21-23 ; Esaïe 7 :14 

Marie aura un fils et il s’appellera Emmanuel : Dieu avec nous. Joseph l’appela Jésus car il est celui qui sauvera son peuple.

D’après la coutume hébraïque, le nom défini un trait de caractère.

Ici Dieu se révèle, Il est descendu en Son fils vers l’humanité, pour résider avec elle.

Jésus le nom par lequel il est appelé désigne sa fonction, sa destinée. Il est venu pour donner, apporter le salut ce qui ne signifie pas seulement être sauvé de l’enfer pour aller un jour dans les cieux, mais être rendu complet, que notre esprit revive à nouveau et sois de nouveau un avec le Père comme le fut Jésus sur terre. Jean 10 :30 ; 17 :26

Nous retrouvons ces deux aspects dans Esaïe 9 :6

Un enfant nous est né parle de l’humanité de Jésus

Un fils nous est donné parle de l’aspect spirituel.

Dieu donna Son fils en faisant qu’il revêt notre humanité. Nous ne devons pas oublier cela lorsque nous lisons la vie de Jésus. Sur terre il n’était plus Dieu, ce qu’Il a vécu Il l’a vécu en tant qu’homme, humain. C’est un don de Sa part. C’est à nous de le recevoir.  Philippiens 2 :6

Jésus est devenu Dieu avec nous pour nous sauver, nous protéger, pourvoir à nos besoins.

Luc 2 : 6-24

Joseph et Marie (Miriam en hébreu) sont partis à Bethleem en Judée.

Beit => maison, lieu               Lechem => pain

Beit-lechem : Bethleem=> Maison du pain

Il n’est pas surprenant que Jésus soit né, lui le pain de vie dans la maison du pain. Il fut posé dans une mangeoire.

La mangeoire est un lieu où la nourriture est déposée pour les animaux.

Le pain est notre subsistance, c’est ce qui nous garde en vie, un besoin de vie, de survie.

Si nous n’avons rien d’autre que du pain, nous pourrons survivre.

Ce jour de la naissance de Jésus, non seulement Dieu nous montrait qu’Il était parmi nous, mais également qu’Il était notre subsistance, notre nourriture de tous les jours qui nous maintiendrait en vie.

Dieu est venu dans ce lieu pour que nous mangions de Lui. C’est que ce que les bergers ont trouvés. Jésus dans la mangeoire. Dieu ne s’est pas révélé à des gens importants, religieux, mais à des gens simples, travailleurs, digne de confiance, courageux. Les bergers étaient dans les champs la nuit veillant sur leur troupeau car c'était la période ou les agneaux naissaient. Ils devaient accueillir les agneaux pour s'assurer qu'ils étaient en bonne santé

Qui donc pouvait  le mieux accueillir la venue au monde de Jésus l'Agneau de Dieu, si ce n'est les bergers. Dieu veille aux moindres détails.  

La parole nous parle des mages qui sont venus voir Jésus, mais ce n’était pas à ce moment là comme je l’ai expliqué dans le message de la venue des mages. Il n’était pas trois non plus, et pas rois.

Jésus a quitté sa déité, Il s’est humilié en devenant comme nous, et par sa naissance à Bethléem ; Il nous dit je suis à la maison du pain, moi le pain de vie déposé dans une mangeoire pour que vous puissiez venir, être rassasié, avoir la vie pas une monotone mais celle en abondance.

Ma vie c’est l’amour, la présence du Père en vous. Régalez vous de Ma présence, faites de moi vos délices, votre repas de touts les jours.

Mais comment mangeons-nous de Lui ? lorsque nous l’acceptons dans notre vie et chaque jour en méditant Sa parole, la digérant en la laissant agir en nous, lorsque nous passons du temps en Sa présence.

A sa venue, Jésus s’est offert dans la mangeoire, dans la maison du pain. Lui de pain de vie et à la fin de Sa vie sur terre, Il nous dit de prendre ce qu’on appelle la sainte cène en mémoire de Lui. Là encore nous trouvons le pain. Le pain qui représente son corps et le vin son sang.

Jésus nous appelle sans cesse à souper avec Lui et Lui avec nous Apocalypse 3 :20

Ce passage est souvent utilisé pour l’évangélisation, Jésus vient et frappe à la porte car Il veut souper avec nous et nous avec Lui, mais si nous regardons bien, Il s’adresse à l’église, à des chrétiens.

Nous devons venir et communier, partager avec Lui. Non seulement Jésus vient à nous, à notre rencontre mais nous devons aussi aller à Sa rencontre.

Plus nous le faisons, plus nous avons Sa vie en nous. Plus nous passons du temps en Sa présence, que nous soupons avec Lui, mangeons sa parole, plus nous porterons du fruit, car elle sera plantée, enracinée en nous.

Jésus le pain de vie donné à l’humanité à Bethléem est la source de vie, en Sa présence, nous sommes complets. Nous sommes un avec le Père.

En cette période de célébration de Sa naissance, bien que cela n’a plus ou peu de signification pour les gens. Rappelons-nous, qu’Il est venu dans cette mangeoire, pour devenir notre pain de vie, notre salut nous rendant complet et qu’Il souhaite souper avec nous.

Voulons-nous souper avec Lui ? passer du temps avec Lui ?

 

 

Posté par Voisin myriam à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,

05 septembre 2018

L'intercession prophétique

L’intercession prophétique

 

L’intercession prophétique est une combinaison de la prière et du prophétique. Elle a son origine en Dieu, car elle est inspirée par le Saint Esprit

Elle s’exprime lorsque le Saint Esprit éveille notre esprit en nous donnant des écritures spécifiques pour que nous les utilisions dans la situation pour laquelle nous intercédons.

L’intercesseur sait attendre devant Dieu pour entendre Sa voix, pour cela il doit être rempli de l’esprit, avoir une relation intime avec Dieu.

Le Saint Esprit ôte le voile de nos yeux, nos oreilles, notre entendement, notre cœur pour que nous puissions percevoir la vérité de Dieu.

Pour cacher un manque de prière, de consécration, nous entendons : « je n’ai pas un ministère d’intercession, ce n’est pas mon appel ». Ceci est un mensonge de l’ennemi. Nous sommes tous appelés à être des intercesseurs mais nous ne répondons pas tous à cet appel.

 L’intercession est un style de vie pour chaque chrétien. Une disposition d’esprit qui reste connecté à Dieu 24h sur 24.

N’oublions pas ce qui est écrit dans :

 Ezéchiel 22 : 30

« Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas ; mais je n'en trouve point. »

Psaume 115 :16

« Les cieux sont les cieux de l'Eternel, Mais il a donné la terre aux fils de l'homme. »

 La terre nous a été donnée et à moins que nous n’invitions Dieu pour qu’Il agisse sur terre dans Sa grâce et Sa miséricorde, Il ne le fera pas.

Pour développer l’intercession prophétique dans nos vies, nous devons déjà prier, si nous ne le faisons pas tous les jours, nous ne pourrons pas développer notre intimité avec Dieu.

La prière n’est pas que d’amener nos besoins, notre liste de requête, bien que cela fasse partie de la 1ère dimension de prière enseigner par Jésus à ses disciples (Luc 11) Notre père répond à nos besoins. Mais nous devons aller plus loin et développer un cœur à cœur, être l’ami de Dieu comme le furent Abraham, Moïse, David.

En tant qu’ami de Dieu qui est la deuxième dimension de prière et nous amène dans l’intercession, dans le conseil de Dieu, nous connaissons sa voix et savons ce que fait le maitre.

 Jean 15 : 15

« Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai appris de mon Père. »

 Nous ne serons plus son serviteur, mais son ami, connaissant les secrets de Dieu, tout comme un ami sur terre confie à son ami son intimité, ses secrets. Dieu veut faire de même avec nous.

Nous devons pour cela nous focaliser sur Dieu et les autres, et non plus sur nous-mêmes, notre petit monde, notre petite personne. Nous devons être libre de l’opinion des autres, accepter, décider que notre vie est une vie de sainteté, de consécration. Nous ne devons plus être des chrétiens apathiques.

 La prière c’est parler à Dieu, l’intercession prophétique c’est déclarer sur terre ce que Dieu a dit sur un sujet.

Pour arriver à cette intercession, cela demande de la persévérance. Nous devons la développer dans notre vie. Dans un monde de l’instantané, la persévérance s’est estompée de nos vies car nous voulons une réponse maintenant, sinon nous capitulons.

 Un intercesseur tient jusqu’à la fin, il sait résister à l’abandon quand tout semble perdu, sans réponse. En tant qu’intercesseur, nous devons nous focaliser sur Lui, semer toute notre vie dans l’Esprit et ne pas laisser le monde, ses soucis nous submerger.

 L’intercession prophétique peut aussi surgir dans l’adoration.

L’adoration en Esprit et en vérité crée une atmosphère sur terre permettant au tribunal céleste d’agir selon les verdicts de Dieu pour qu’ils se réalisent sur terre. Dans l’adoration nous déclarons Sa gloire, Sa bonté, Sa passion, Sa sainteté, tout ce que qui le concerne, qui Il est et pas ce qu’il peut nous donner. En faisant ainsi, nos voix s’unissent à celles des cieux et nous donnons ainsi à Dieu le droit légal d’influencer la terre.

Le chant en langue est utile dans cette adoration car alors notre raisonnement, notre entendement est mis de côté et l’Esprit prend le dessus. Nous n’essayons plus de nous souvenir des paroles mais suivons la musique de l’Esprit.

Si vous ne chantez pas en langue, cela ne vous empêche pas d’adorer prophétiquement vous pouvez suivre la musique et laissez votre cœur parler, ou faire la la la sur la musique tant que vous vous focalisez sur Lui et non sur votre intellect, les paroles d’un chant.

 L’intercesseur est sensible à l’Esprit, à l’écoute de Dieu. Il sait reconnaitre ce que l’ennemi veut faire, il est la sentinelle de Dieu.

 Ezéchiel 3 : 17

« Fils de l'homme, je t'établis comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu écouteras la parole qui sortira de ma bouche, et tu les avertiras de ma part »

 Ezéchiel 33 : 7

 « Et toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu dois écouter la parole qui sort de ma bouche, et les avertir de ma part »

 Dieu veut faire de nous des sentinelles, c’est-à-dire des personnes qui voient les choses à l’avance concernant les tactiques de l’ennemi et agissent en conséquence pour les empêcher de se réaliser.

Lorsque nous intercédons, nous proclamons les verdicts de Dieu que l’Esprit rappelle à notre mémoire. Nous proclamons ce qui est acquis par Jésus à la croix, nous nous basons sur Lui et non nos capacités.

 Cela demande de la consécration, une intimité avec Dieu, et la connaissance de la parole, de la persévérance, et de la vigilance. Tout commence par la prière et se développe au fur et à mesure de notre intimité.

 Il est temps que des intercesseurs prophétiques se lèvent et proclament les décrets de Dieu entendu dans les cieux sur terre, amenant la destinée des nations, des gens, de leur famille en alignement avec celle prévue par Dieu depuis le commencement.

Le monde pourra alors changer et revenir en alignement avec ce que Dieu avait prévu au commencement.

Il est temps que l’Ecclésia de Dieu se lève et prenne sa place dans ce combat de la fin des temps au lieu de perdre ses forces à se combattre entre frères et sœurs en Christ.

15 juin 2018

jean 2 les noces de Cana

Jean 2 : 1-12

Nous connaissons tous ce passage des noces de Cana.

Pour certain c’est le premier miracle de Jésus. Mais si nous regardons dans l’origine du mot en grec, ce terme veut dire signe.

 Un signe désigne une manifestation particulière de la volonté de Dieu qui doit être interprété par ceux à qui elle s’adresse.

Un miracle est quant à lui, est un évènement accréditant le message d’un prophète.

Ce signe était pour manifester la gloire de Jésus. Mais comme il le dit à sa mère, son heure n’est pas venue. Jésus connaissait le Plan de Dieu pour Sa vie. Cette heure où il sera glorifié par le Père, est à la fin de son ministère sur terre, lors de la crucifixion. Lorsqu’il aura accompli sa mission, la raison de Sa venue.

 Si nous regardons de plus prêt à ce passage nous découvrirons que Jésus par son action nous révèle ce qui s’est passé le troisième jour dans nos vies.

 Ce n’est pas à n’importe quel moment, c’est 3 jours après qu’il a déclaré que le ciel est ouvert. Si nous regardons dans la Parole, le 3ème jour fait souvent référence à la résurrection, à la vie nouvelle.

Nous en avons des exemples dans l’ancienne alliance comme dans la nouvelle.

Genèse 1 :9-13 : La 1ère fois que la vie fut amenée sur terre au travers de la semence fut le 3ème jour.

Genèse 22 : 4-19 : Abraham a vu le lieu pour offrir son fils, il allait le faire, mais Dieu lui redonna.

Esdras 6 :15 : Le temple fut reconstruit le 3ème jour.

Esther 4 :16-17 ; 5 :12 Elle obtint la faveur du roi et sauva la vie de son peuple.

Actes 10 : 40 : Jésus ressuscita le troisième jour.

Jean nous montre l’ordre chronologique,

- Jean le Baptiste déclare que Jésus est l’agneau de Dieu Jean 1 : 36

-Jésus déclare l’ouverture du monde spirituel : le ciel est ouvert, les anges de Dieu montent et descendent au-dessus du fils de l’homme. Jean 1 : 51

- Il manifesta sa gloire par ce signe à Cana. Jean 2 :11

Pour revenir au texte du mariage, nous devons savoir que ce dernier durait 7 jours, pendant ce temps tout devait être pourvu, les invités ne devaient manquer de rien sinon cela était considéré comme une offense, un vol envers les invités qui pour certains venaient de très loin, et amenait la honte sur la famille, cela raccourcissait également le temps des réjouissances et la culpabilité, l’échec s’installait sur cette famille.

C’était donc quelque chose plus grave que nous pensons que simplement le fait de manquer de vin.

Le vin dans la parole symbolise :

- La joie Psaume 104 :15

-La perte de contrôle de soi, nous le voyons avec Noé Genèse 9 :18-27 et Lot Genèse 19 :20-28.

-L’alliance entre Dieu et les hommes Exode 29 :40.

-Le sang de Jésus 1Corinthiens 11 : 17-34

 L’ordonnateur du mariage qui est souvent un ami du marié et le maitre de cérémonie, aurait dû se rendre compte qu’il n’y avait pas assez de vin.  Mais ce ne fut pas le cas. Nous le voyons par sa remarque au marié.

 Jésus a eu compassion des mariés, Il n’allait pas les laisser dans l’embarras.

 Jésus s’adresse aux serviteurs, il leur dit de remplir les 6 vases (jarres) qui contenaient déjà de l’eau, elles servaient à la purification des juifs avant et après le repas.

-6 est considéré par les juifs comme le chiffre du messie

 Pourquoi Jésus a pris les vases de purification. Il démontrait ainsi que le rituel de purification n’avait plus lieu d’être, en changeant l’eau en vin, il révélait que son sang était au-dessus de tout rituel, qu’il n’était plus nécessaire de les suivre.

 Il ne donne pas non plus en petite quantité, il aurait pu ne changer que les 2 ou 3 mesures, mais non il l’a fait totalement, les vases devaient être remplis, ainsi rien ne pouvait être ajouté. Tout comme nous ne pouvons rien ajouté au sacrifice de Jésus pour nous.

 L’ordonnateur est surpris, le bon vin est gardé pour la fin. Ceci nous montre que tout ces rituels, ces sacrifices étaient pour garder le meilleur pour la fin, le sacrifice ultime celui de Jésus qui nous réconcilie, nous donne tout en abondance.

Jésus a effacé par cet acte la honte, la culpabilité et a permis que ce mariage se continue dans la joie, la paix.

Il nous révèle au travers de ce mariage, son plan, la raison de Sa venue.

Pour ôter la honte, la culpabilité, le péché de nos vies Il est celui qui nous purifie, par son sang et nous donne la joie, la paix, la réconciliation avec le Père, l’abandon au père, il nous suffit simplement de boire le vin en acceptant son sacrifice, son sang qui a coulé pour nous.

Cet acte a manifesté sa gloire et a permis à ses disciples de croire en lui.

 Tout comme son sacrifice nous donne de croire en lui et manifeste sa gloire dans nos vies.

 

 

 

 

Posté par Voisin myriam à 20:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17 mars 2018

l'importance de nos paroles

L’importance de nos paroles

 

Nombres 13 :32

Des douze espions qui ont été en Canaan, Dix sont revenus avec un mauvais rapport un mauvais témoignage.

Dieu avait dit qu’ils entreraient dans le pays promis, mais dix des espions se sont basés sur ce qu’ils ont vu et non pas sur ce que Dieu avait dit. Que fit Dieu ? Il rendit un verdict contre la nation car dix ont donné un mauvais témoignage. Parce que ces dix espions (reconnu comme un gouvernement dans les cieux ont donné un mauvais témoignage. Dieu dit « Sur la base de leur témoignage, je n’ai pas d’alternative que de rendre un jugement : Vous allez errer quarante ans dans le désert. » C’est choquant mais vrai, dix personnes ont déterminé la destinée d’une nation pendant quarante ans.

Ce qu’ils ont vu, les circonstances, les faits avaient plus d’importance à leurs yeux que l’alliance qu’ils avaient avec Dieu. Aussi ils sont restés dans le désert, ont fait le tour de la montagne. Une année par jour d’exploration du pays promis.  Nombres 14 : 34

Nos paroles déterminent notre destinée. Nos paroles sont importantes et doivent s’accorder avec Dieu. Les anges et les esprits mauvais agissent sur nos paroles.

N’oublions pas que nous avons la puissance sur la terre, elle nous appartient.

Psaume 115 :16

« Les cieux sont les cieux de l’Eternel, mais il a donné la terre aux fils de l’homme »

La seule autorité que le diable a, est celle que nous lui donnons car il a été vaincu, mais nos paroles lui donnent l’autorité, la puissance d’agir sur nos vies.

Luc 10 : 19

« Voici je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire. »

Si l’ennemi est vaincu, la seule chose qui se tient entre Dieu et nous, c’est nous par nos paroles.

Nous devons être en accord avec ce que Dieu dit. Si je suis en désaccord, je déclare l’opposé de ce que Dieu dit, les esprits mauvais, l’accusateur entendent et disent : « Celle, celui à qui tu as donné la puissance dit ceci ou cela. Donc il elle aura ce qu’il (elle) dit. »

Ce que nous traversons, les moments difficiles, les crises que nous rencontrons dans notre vie n’ont pas le dernier mot. Nos paroles déterminent ce qui nous arrivent et le dernier mot est dans notre bouche.

Nous devons décider si nous sommes en accord avec notre alliance avec Dieu ou avec les circonstances. Plus je serai en accord avec la Parole de Dieu, plus je marcherai dans la victoire.

Cessons d’écouter les mensonges de l’ennemi. Vous pensez mais c’est des faits, c’est donc la vérité. Non ce ne sont que des faits.

Faits : quelque chose qui " est " réellement, ou qui arrive, qui aurait pu être autre qu'il n'est
quelque chose qui est objectif, qui existe indépendamment de nous, ce sur quoi tout le monde s'accorde. C'est ce qui est l'objet d'un constat.

Seule la parole est Vérité.

Comment faire lorsque les faits sont là, se manifestant au travers de nos 5 sens, pour ne pas les laisser prendre le dessus et semer le doute en nous ?

Rappelons-nous, nous sommes un esprit, qui a une âme et qui vit dans un corps.

A la nouvelle naissance, notre esprit est devenu un avec l’Esprit de Dieu. (Le témoignage de l’Esprit de Dieu, la voix de Dieu est en nous).

L’âme : Nos pensées, raisonnements, intellect, nos émotions, notre volonté est encore sous le contrôle de notre corps.

Corps a 5 professeurs qui sont les 5 sens et qui enseignent à notre âme.

A la nouvelle naissance, l’âme décide si elle écoute l’Esprit ou les 5 professeurs : le toucher, la vue, l’odorat, l’ouïe, le gout.

Nous avons besoin de notre corps, nous devons en prendre soin, mais ce dernier veut fonctionner par les 5 sens, pas par la foi. Il aime les faits pas ce qui est irrationnel, raisonnable.

Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes. 1 Corinthiens 12 : 27

Les 5 sens ne peuvent être en charge de notre vie. Ils parlent à notre âme et lui montre les faits comme la vérité, mais notre esprit nous dit non La Parole est la vérité et Dieu a dit….

Les circonstances qui renient notre alliance commencent à prendre place et nos 5 sens y répondent. Notre âme doit être transformée par le renouvellement de nos pensées, notre intellect. Les vaines imaginations, les raisonnements doivent être abattu. Romains 12 : 2,   2 Corinthiens 10 :4-5.

Notre corps présente les faits à notre âme (malade, pauvre, pas spirituel, rate tout ce que je fais) Mon âme décide de ne pas écouter l’Esprit en moi qui me dit que Christ est venu afin que j’aie la vie en abondance… Que par ces meurtrissures je suis guéri…Elle décide d’écouter le corps car elle n’est pas renouvelée.

 Proverbes 23 :7

« Car il est comme les pensées de son âme. »

Si je suis d’accord avec ces faits, je les attire à moi, je commence à raisonner sur un moyen de m’en sortir par moi-même.

Nous demandons à Dieu de faire ce qu’il a déjà fait, donc on ne croit pas Dieu lorsqu’il dit que tout est accompli et l’esprit de doute se manifeste.

Nous devons cesser de nous appuyer sur nos 5 sens et laisser Dieu être Dieu.

Faisons taire notre vieille nature adamique et rappelons-lui notre alliance. Soyons en accord avec Lui, regardons à ses promesses et non aux faits, aux circonstances ; Car Dieu nous a donné de nombreuses paroles qui nous confirme qu’il prendra soin de nous et que nous avons la vie en abondance.

Décidons de proclamer Sa parole au lieu de proclamer ce qui ne va pas.

Cela ne veut pas dire que je fais l’autruche en disant non cela n’est pas vrai, je n’ai pas de douleurs, je ne suis pas sans argent etc... Car alors nous développerons la pensée positive. Nous savons que ceci ou cela est vrai mais nous le remettons à sa place en tant que faits, circonstances, et nous nous concentrons sur ce que Dieu dit en rapport à ces faits. Nous ne les laissons pas régner sur nos vies.

Nous sommes esprit, des êtres spirituels, aussi ne laissons pas notre humanité régner dans notre vie.

Lorsque les circonstances, les faits sont plus importants pour nous que notre alliance avec Dieu, alors nous irons de nouveau faire le tour de la montagne comme le peuple d’Israël dans le désert.

Nos paroles empêchent Dieu d’agir dans nos vies et laisse la porte ouverte pour Satan et ses esprits.

Satan se présente devant Dieu et lui dit : Ton enfant dit ceci cela donc j’ai le droit d’agir en accord à ses paroles. Et nous avons ouvert une porte, nous récoltons ce que nous semons par nos paroles qui sont soit des graines de foi, soit des graines de doute. Et une graine est faite pour reproduire.

Nous devons ôter le droit légal que nous avons donné à Satan par nos paroles en demandant pardon à Dieu pour nos paroles qui sont le fruit du doute en nous (de l’abondance du cœur la bouche parle) Luc 6 : 45 nous les mettons sous le sang de Jésus afin que l’ennemi ne puisse plus les utiliser contre nous.

Si ce sont les paroles prononcées par quelqu’un d’autre à notre égard, nous les refusons et demandons pardon à Dieu car peut être il y a un peu de vérité dans ce que la personne a dit. Nous pardonnons à la personne, et nous les plaçons sous le sang et demandons à Dieu que ce soit ce qui est écrit dans le livre qui détermine notre destinée et non pas les paroles prononcées.

Si mon âme renouvelée par la Parole, décide d’être en accord avec l’esprit, ils se lèvent ensemble lorsque les faits viennent pour les faire taire et proclamer la volonté de Dieu, en libérant la Parole de Dieu.

Ainsi notre foi est libérée et les anges agissent dans notre vie.

 

 

 

 

Posté par Voisin myriam à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,