Enseignements bibliques de Myriam Voisin

05 septembre 2018

L'intercession prophétique

L’intercession prophétique

 

L’intercession prophétique est une combinaison de la prière et du prophétique. Elle a son origine en Dieu, car elle est inspirée par le Saint Esprit

Elle s’exprime lorsque le Saint Esprit éveille notre esprit en nous donnant des écritures spécifiques pour que nous les utilisions dans la situation pour laquelle nous intercédons.

L’intercesseur sait attendre devant Dieu pour entendre Sa voix, pour cela il doit être rempli de l’esprit, avoir une relation intime avec Dieu.

Le Saint Esprit ôte le voile de nos yeux, nos oreilles, notre entendement, notre cœur pour que nous puissions percevoir la vérité de Dieu.

Pour cacher un manque de prière, de consécration, nous entendons : « je n’ai pas un ministère d’intercession, ce n’est pas mon appel ». Ceci est un mensonge de l’ennemi. Nous sommes tous appelés à être des intercesseurs mais nous ne répondons pas tous à cet appel.

 L’intercession est un style de vie pour chaque chrétien. Une disposition d’esprit qui reste connecté à Dieu 24h sur 24.

N’oublions pas ce qui est écrit dans :

 Ezéchiel 22 : 30

« Je cherche parmi eux un homme qui élève un mur, qui se tienne à la brèche devant moi en faveur du pays, afin que je ne le détruise pas ; mais je n'en trouve point. »

Psaume 115 :16

« Les cieux sont les cieux de l'Eternel, Mais il a donné la terre aux fils de l'homme. »

 La terre nous a été donnée et à moins que nous n’invitions Dieu pour qu’Il agisse sur terre dans Sa grâce et Sa miséricorde, Il ne le fera pas.

Pour développer l’intercession prophétique dans nos vies, nous devons déjà prier, si nous ne le faisons pas tous les jours, nous ne pourrons pas développer notre intimité avec Dieu.

La prière n’est pas que d’amener nos besoins, notre liste de requête, bien que cela fasse partie de la 1ère dimension de prière enseigner par Jésus à ses disciples (Luc 11) Notre père répond à nos besoins. Mais nous devons aller plus loin et développer un cœur à cœur, être l’ami de Dieu comme le furent Abraham, Moïse, David.

En tant qu’ami de Dieu qui est la deuxième dimension de prière et nous amène dans l’intercession, dans le conseil de Dieu, nous connaissons sa voix et savons ce que fait le maitre.

 Jean 15 : 15

« Je ne vous appelle plus serviteurs, parce que le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; mais je vous ai appelés amis, parce que je vous ai fait connaître tout ce que j'ai appris de mon Père. »

 Nous ne serons plus son serviteur, mais son ami, connaissant les secrets de Dieu, tout comme un ami sur terre confie à son ami son intimité, ses secrets. Dieu veut faire de même avec nous.

Nous devons pour cela nous focaliser sur Dieu et les autres, et non plus sur nous-mêmes, notre petit monde, notre petite personne. Nous devons être libre de l’opinion des autres, accepter, décider que notre vie est une vie de sainteté, de consécration. Nous ne devons plus être des chrétiens apathiques.

 La prière c’est parler à Dieu, l’intercession prophétique c’est déclarer sur terre ce que Dieu a dit sur un sujet.

Pour arriver à cette intercession, cela demande de la persévérance. Nous devons la développer dans notre vie. Dans un monde de l’instantané, la persévérance s’est estompée de nos vies car nous voulons une réponse maintenant, sinon nous capitulons.

 Un intercesseur tient jusqu’à la fin, il sait résister à l’abandon quand tout semble perdu, sans réponse. En tant qu’intercesseur, nous devons nous focaliser sur Lui, semer toute notre vie dans l’Esprit et ne pas laisser le monde, ses soucis nous submerger.

 L’intercession prophétique peut aussi surgir dans l’adoration.

L’adoration en Esprit et en vérité crée une atmosphère sur terre permettant au tribunal céleste d’agir selon les verdicts de Dieu pour qu’ils se réalisent sur terre. Dans l’adoration nous déclarons Sa gloire, Sa bonté, Sa passion, Sa sainteté, tout ce que qui le concerne, qui Il est et pas ce qu’il peut nous donner. En faisant ainsi, nos voix s’unissent à celles des cieux et nous donnons ainsi à Dieu le droit légal d’influencer la terre.

Le chant en langue est utile dans cette adoration car alors notre raisonnement, notre entendement est mis de côté et l’Esprit prend le dessus. Nous n’essayons plus de nous souvenir des paroles mais suivons la musique de l’Esprit.

Si vous ne chantez pas en langue, cela ne vous empêche pas d’adorer prophétiquement vous pouvez suivre la musique et laissez votre cœur parler, ou faire la la la sur la musique tant que vous vous focalisez sur Lui et non sur votre intellect, les paroles d’un chant.

 L’intercesseur est sensible à l’Esprit, à l’écoute de Dieu. Il sait reconnaitre ce que l’ennemi veut faire, il est la sentinelle de Dieu.

 Ezéchiel 3 : 17

« Fils de l'homme, je t'établis comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu écouteras la parole qui sortira de ma bouche, et tu les avertiras de ma part »

 Ezéchiel 33 : 7

 « Et toi, fils de l'homme, je t'ai établi comme sentinelle sur la maison d'Israël. Tu dois écouter la parole qui sort de ma bouche, et les avertir de ma part »

 Dieu veut faire de nous des sentinelles, c’est-à-dire des personnes qui voient les choses à l’avance concernant les tactiques de l’ennemi et agissent en conséquence pour les empêcher de se réaliser.

Lorsque nous intercédons, nous proclamons les verdicts de Dieu que l’Esprit rappelle à notre mémoire. Nous proclamons ce qui est acquis par Jésus à la croix, nous nous basons sur Lui et non nos capacités.

 Cela demande de la consécration, une intimité avec Dieu, et la connaissance de la parole, de la persévérance, et de la vigilance. Tout commence par la prière et se développe au fur et à mesure de notre intimité.

 Il est temps que des intercesseurs prophétiques se lèvent et proclament les décrets de Dieu entendu dans les cieux sur terre, amenant la destinée des nations, des gens, de leur famille en alignement avec celle prévue par Dieu depuis le commencement.

Le monde pourra alors changer et revenir en alignement avec ce que Dieu avait prévu au commencement.

Il est temps que l’Ecclésia de Dieu se lève et prenne sa place dans ce combat de la fin des temps au lieu de perdre ses forces à se combattre entre frères et sœurs en Christ.


15 juin 2018

jean 2 les noces de Cana

Jean 2 : 1-12

Nous connaissons tous ce passage des noces de Cana.

Pour certain c’est le premier miracle de Jésus. Mais si nous regardons dans l’origine du mot en grec, ce terme veut dire signe.

 Un signe désigne une manifestation particulière de la volonté de Dieu qui doit être interprété par ceux à qui elle s’adresse.

Un miracle est quant à lui, est un évènement accréditant le message d’un prophète.

Ce signe était pour manifester la gloire de Jésus. Mais comme il le dit à sa mère, son heure n’est pas venue. Jésus connaissait le Plan de Dieu pour Sa vie. Cette heure où il sera glorifié par le Père, est à la fin de son ministère sur terre, lors de la crucifixion. Lorsqu’il aura accompli sa mission, la raison de Sa venue.

 Si nous regardons de plus prêt à ce passage nous découvrirons que Jésus par son action nous révèle ce qui s’est passé le troisième jour dans nos vies.

 Ce n’est pas à n’importe quel moment, c’est 3 jours après qu’il a déclaré que le ciel est ouvert. Si nous regardons dans la Parole, le 3ème jour fait souvent référence à la résurrection, à la vie nouvelle.

Nous en avons des exemples dans l’ancienne alliance comme dans la nouvelle.

Genèse 1 :9-13 : La 1ère fois que la vie fut amenée sur terre au travers de la semence fut le 3ème jour.

Genèse 22 : 4-19 : Abraham a vu le lieu pour offrir son fils, il allait le faire, mais Dieu lui redonna.

Esdras 6 :15 : Le temple fut reconstruit le 3ème jour.

Esther 4 :16-17 ; 5 :12 Elle obtint la faveur du roi et sauva la vie de son peuple.

Actes 10 : 40 : Jésus ressuscita le troisième jour.

Jean nous montre l’ordre chronologique,

- Jean le Baptiste déclare que Jésus est l’agneau de Dieu Jean 1 : 36

-Jésus déclare l’ouverture du monde spirituel : le ciel est ouvert, les anges de Dieu montent et descendent au-dessus du fils de l’homme. Jean 1 : 51

- Il manifesta sa gloire par ce signe à Cana. Jean 2 :11

Pour revenir au texte du mariage, nous devons savoir que ce dernier durait 7 jours, pendant ce temps tout devait être pourvu, les invités ne devaient manquer de rien sinon cela était considéré comme une offense, un vol envers les invités qui pour certains venaient de très loin, et amenait la honte sur la famille, cela raccourcissait également le temps des réjouissances et la culpabilité, l’échec s’installait sur cette famille.

C’était donc quelque chose plus grave que nous pensons que simplement le fait de manquer de vin.

Le vin dans la parole symbolise :

- La joie Psaume 104 :15

-La perte de contrôle de soi, nous le voyons avec Noé Genèse 9 :18-27 et Lot Genèse 19 :20-28.

-L’alliance entre Dieu et les hommes Exode 29 :40.

-Le sang de Jésus 1Corinthiens 11 : 17-34

 L’ordonnateur du mariage qui est souvent un ami du marié et le maitre de cérémonie, aurait dû se rendre compte qu’il n’y avait pas assez de vin.  Mais ce ne fut pas le cas. Nous le voyons par sa remarque au marié.

 Jésus a eu compassion des mariés, Il n’allait pas les laisser dans l’embarras.

 Jésus s’adresse aux serviteurs, il leur dit de remplir les 6 vases (jarres) qui contenaient déjà de l’eau, elles servaient à la purification des juifs avant et après le repas.

-6 est considéré par les juifs comme le chiffre du messie

 Pourquoi Jésus a pris les vases de purification. Il démontrait ainsi que le rituel de purification n’avait plus lieu d’être, en changeant l’eau en vin, il révélait que son sang était au-dessus de tout rituel, qu’il n’était plus nécessaire de les suivre.

 Il ne donne pas non plus en petite quantité, il aurait pu ne changer que les 2 ou 3 mesures, mais non il l’a fait totalement, les vases devaient être remplis, ainsi rien ne pouvait être ajouté. Tout comme nous ne pouvons rien ajouté au sacrifice de Jésus pour nous.

 L’ordonnateur est surpris, le bon vin est gardé pour la fin. Ceci nous montre que tout ces rituels, ces sacrifices étaient pour garder le meilleur pour la fin, le sacrifice ultime celui de Jésus qui nous réconcilie, nous donne tout en abondance.

Jésus a effacé par cet acte la honte, la culpabilité et a permis que ce mariage se continue dans la joie, la paix.

Il nous révèle au travers de ce mariage, son plan, la raison de Sa venue.

Pour ôter la honte, la culpabilité, le péché de nos vies Il est celui qui nous purifie, par son sang et nous donne la joie, la paix, la réconciliation avec le Père, l’abandon au père, il nous suffit simplement de boire le vin en acceptant son sacrifice, son sang qui a coulé pour nous.

Cet acte a manifesté sa gloire et a permis à ses disciples de croire en lui.

 Tout comme son sacrifice nous donne de croire en lui et manifeste sa gloire dans nos vies.

 

 

 

 

Posté par Voisin myriam à 20:48 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

17 mars 2018

l'importance de nos paroles

L’importance de nos paroles

 

Nombres 13 :32

Des douze espions qui ont été en Canaan, Dix sont revenus avec un mauvais rapport un mauvais témoignage.

Dieu avait dit qu’ils entreraient dans le pays promis, mais dix des espions se sont basés sur ce qu’ils ont vu et non pas sur ce que Dieu avait dit. Que fit Dieu ? Il rendit un verdict contre la nation car dix ont donné un mauvais témoignage. Parce que ces dix espions (reconnu comme un gouvernement dans les cieux ont donné un mauvais témoignage. Dieu dit « Sur la base de leur témoignage, je n’ai pas d’alternative que de rendre un jugement : Vous allez errer quarante ans dans le désert. » C’est choquant mais vrai, dix personnes ont déterminé la destinée d’une nation pendant quarante ans.

Ce qu’ils ont vu, les circonstances, les faits avaient plus d’importance à leurs yeux que l’alliance qu’ils avaient avec Dieu. Aussi ils sont restés dans le désert, ont fait le tour de la montagne. Une année par jour d’exploration du pays promis.  Nombres 14 : 34

Nos paroles déterminent notre destinée. Nos paroles sont importantes et doivent s’accorder avec Dieu. Les anges et les esprits mauvais agissent sur nos paroles.

N’oublions pas que nous avons la puissance sur la terre, elle nous appartient.

Psaume 115 :16

« Les cieux sont les cieux de l’Eternel, mais il a donné la terre aux fils de l’homme »

La seule autorité que le diable a, est celle que nous lui donnons car il a été vaincu, mais nos paroles lui donnent l’autorité, la puissance d’agir sur nos vies.

Luc 10 : 19

« Voici je vous ai donné le pouvoir de marcher sur les serpents et les scorpions, et sur toute la puissance de l’ennemi ; et rien ne pourra vous nuire. »

Si l’ennemi est vaincu, la seule chose qui se tient entre Dieu et nous, c’est nous par nos paroles.

Nous devons être en accord avec ce que Dieu dit. Si je suis en désaccord, je déclare l’opposé de ce que Dieu dit, les esprits mauvais, l’accusateur entendent et disent : « Celle, celui à qui tu as donné la puissance dit ceci ou cela. Donc il elle aura ce qu’il (elle) dit. »

Ce que nous traversons, les moments difficiles, les crises que nous rencontrons dans notre vie n’ont pas le dernier mot. Nos paroles déterminent ce qui nous arrivent et le dernier mot est dans notre bouche.

Nous devons décider si nous sommes en accord avec notre alliance avec Dieu ou avec les circonstances. Plus je serai en accord avec la Parole de Dieu, plus je marcherai dans la victoire.

Cessons d’écouter les mensonges de l’ennemi. Vous pensez mais c’est des faits, c’est donc la vérité. Non ce ne sont que des faits.

Faits : quelque chose qui " est " réellement, ou qui arrive, qui aurait pu être autre qu'il n'est
quelque chose qui est objectif, qui existe indépendamment de nous, ce sur quoi tout le monde s'accorde. C'est ce qui est l'objet d'un constat.

Seule la parole est Vérité.

Comment faire lorsque les faits sont là, se manifestant au travers de nos 5 sens, pour ne pas les laisser prendre le dessus et semer le doute en nous ?

Rappelons-nous, nous sommes un esprit, qui a une âme et qui vit dans un corps.

A la nouvelle naissance, notre esprit est devenu un avec l’Esprit de Dieu. (Le témoignage de l’Esprit de Dieu, la voix de Dieu est en nous).

L’âme : Nos pensées, raisonnements, intellect, nos émotions, notre volonté est encore sous le contrôle de notre corps.

Corps a 5 professeurs qui sont les 5 sens et qui enseignent à notre âme.

A la nouvelle naissance, l’âme décide si elle écoute l’Esprit ou les 5 professeurs : le toucher, la vue, l’odorat, l’ouïe, le gout.

Nous avons besoin de notre corps, nous devons en prendre soin, mais ce dernier veut fonctionner par les 5 sens, pas par la foi. Il aime les faits pas ce qui est irrationnel, raisonnable.

Mais Dieu a choisi les choses folles du monde pour confondre les sages ; Dieu a choisi les choses faibles du monde pour confondre les fortes. 1 Corinthiens 12 : 27

Les 5 sens ne peuvent être en charge de notre vie. Ils parlent à notre âme et lui montre les faits comme la vérité, mais notre esprit nous dit non La Parole est la vérité et Dieu a dit….

Les circonstances qui renient notre alliance commencent à prendre place et nos 5 sens y répondent. Notre âme doit être transformée par le renouvellement de nos pensées, notre intellect. Les vaines imaginations, les raisonnements doivent être abattu. Romains 12 : 2,   2 Corinthiens 10 :4-5.

Notre corps présente les faits à notre âme (malade, pauvre, pas spirituel, rate tout ce que je fais) Mon âme décide de ne pas écouter l’Esprit en moi qui me dit que Christ est venu afin que j’aie la vie en abondance… Que par ces meurtrissures je suis guéri…Elle décide d’écouter le corps car elle n’est pas renouvelée.

 Proverbes 23 :7

« Car il est comme les pensées de son âme. »

Si je suis d’accord avec ces faits, je les attire à moi, je commence à raisonner sur un moyen de m’en sortir par moi-même.

Nous demandons à Dieu de faire ce qu’il a déjà fait, donc on ne croit pas Dieu lorsqu’il dit que tout est accompli et l’esprit de doute se manifeste.

Nous devons cesser de nous appuyer sur nos 5 sens et laisser Dieu être Dieu.

Faisons taire notre vieille nature adamique et rappelons-lui notre alliance. Soyons en accord avec Lui, regardons à ses promesses et non aux faits, aux circonstances ; Car Dieu nous a donné de nombreuses paroles qui nous confirme qu’il prendra soin de nous et que nous avons la vie en abondance.

Décidons de proclamer Sa parole au lieu de proclamer ce qui ne va pas.

Cela ne veut pas dire que je fais l’autruche en disant non cela n’est pas vrai, je n’ai pas de douleurs, je ne suis pas sans argent etc... Car alors nous développerons la pensée positive. Nous savons que ceci ou cela est vrai mais nous le remettons à sa place en tant que faits, circonstances, et nous nous concentrons sur ce que Dieu dit en rapport à ces faits. Nous ne les laissons pas régner sur nos vies.

Nous sommes esprit, des êtres spirituels, aussi ne laissons pas notre humanité régner dans notre vie.

Lorsque les circonstances, les faits sont plus importants pour nous que notre alliance avec Dieu, alors nous irons de nouveau faire le tour de la montagne comme le peuple d’Israël dans le désert.

Nos paroles empêchent Dieu d’agir dans nos vies et laisse la porte ouverte pour Satan et ses esprits.

Satan se présente devant Dieu et lui dit : Ton enfant dit ceci cela donc j’ai le droit d’agir en accord à ses paroles. Et nous avons ouvert une porte, nous récoltons ce que nous semons par nos paroles qui sont soit des graines de foi, soit des graines de doute. Et une graine est faite pour reproduire.

Nous devons ôter le droit légal que nous avons donné à Satan par nos paroles en demandant pardon à Dieu pour nos paroles qui sont le fruit du doute en nous (de l’abondance du cœur la bouche parle) Luc 6 : 45 nous les mettons sous le sang de Jésus afin que l’ennemi ne puisse plus les utiliser contre nous.

Si ce sont les paroles prononcées par quelqu’un d’autre à notre égard, nous les refusons et demandons pardon à Dieu car peut être il y a un peu de vérité dans ce que la personne a dit. Nous pardonnons à la personne, et nous les plaçons sous le sang et demandons à Dieu que ce soit ce qui est écrit dans le livre qui détermine notre destinée et non pas les paroles prononcées.

Si mon âme renouvelée par la Parole, décide d’être en accord avec l’esprit, ils se lèvent ensemble lorsque les faits viennent pour les faire taire et proclamer la volonté de Dieu, en libérant la Parole de Dieu.

Ainsi notre foi est libérée et les anges agissent dans notre vie.

 

 

 

 

Posté par Voisin myriam à 21:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 décembre 2017

La venue des mages

La venue des mages

 

 

Matthieu 2 :1-2

En ce moment de Noël, il est bon de se souvenir de la raison de cette fête.

Ces versets de Matthieu nous parlent de la venue des mages.

La tradition les appelle roi mage et les mets au nombre de 3 surement dû au fait qu’ils ont apporté 3 présents.

Nous ne savons pas combien ils étaient véritablement mais ils n’étaient pas rois sinon ils auraient été accueillis en tant que tels par Hérode.

Ces mages étaient des sages venus d’Orient, certains pensent de Babylonie, de Perse car le mot mage est d’origine Perse. Comment pouvait il savoir ce que signifiait cette étoile ? Daniel le prophète qui a vécu là-bas, a très certainement parlé à leurs ancêtres de la venue de cette étoile et sa signification, cela est passé de génération en génération. Cette étoile était différente des autres.

Il leur a fallu des mois dès l’apparition de l’étoile pour atteindre Jésus, ils ont persévéré. Aussi lorsqu’ils virent Jésus ce dernier ne venait pas de naître. Les sages au verset 11 entrèrent dans la maison, pas dans l’étable. C’est la raison pour laquelle Hérode donna l’ordre de tuer les enfants de la naissance à deux ans ne sachant pas exactement l’âge de Jésus.

Pourquoi ces mages voulaient-ils venir voir ce roi, pourquoi le cherchaient-ils ?

Ils étaient venus pour l’adorer.

Adorer : Se prosterner devant quelqu’un en marque d’obéissance, de respect.

Ils savaient que c’était le roi des juifs. Ils avaient tout compris de ce roi, nous le voyons dans les présents qu’ils lui ont offerts.

L’or, parle de la royauté, de la gloire de Dieu. Jésus le roi

L’encens, parle de la divinité du roi mais également de l’abandon de sa divinité pour être un homme.

Les ingrédients pour l’encens sont pris par incision dans les arbres, ils ont aussi une valeur médicinale. Jésus venu guérir les cœurs brisés.

La myrrhe, parle de la souffrance rédemptrice Jésus homme et mortel. (La myrrhe était utilisée pour embaumer les morts)

Ces mages avaient compris la venue du roi des juifs.

Aujourd’hui nous célébrons Noël qui par la tradition symbolise la naissance de Jésus, mais bien plus pour la fête et faire marcher le commerce.  En cette période, prenons le temps de le chercher non pas pour avoir nos besoins comblés mais simplement pour l’adorer pour le chemin qu’il a accepté de suivre pour nous sauver.

En tant que chrétien, ce jour devrait nous rappeler le don précieux de Dieu pour nous, que nous devons l’adorer en faisant taire tout ces bruits du monde.

A la nouvelle naissance, nous avons accepté et reconnu qu’il est le Fils de Dieu (l’or) il est venu sur terre en laissant sa divinité (l’encens), il est mort pour nous (la myrrhe)

L’adorer était l’objectif, la raison de la venue des mages ; ils ont parcouru des km pour le faire. Nous n’avons pas besoin de faire des km, juste entrer dans le lieu secret, le chercher dans ce temps d’intimité et l’adorer pour qui il est pas ce qu’il peut nous donner.

Les mages n’attendaient rien en retour de leur adoration. Une fois les présents offerts, ils sont repartis chez eux.

Pouvons nous l’adorer de la même façon, sans rien attendre en retour, juste parce qu’Il en est digne.

L’adoration est un bien plus que chanter du bout des lèvres mais le cœur n’y est pas vraiment. C’est un style de vie qui coûte, sommes-nous prêts à tout abandonner pour Lui, à lui obéir, notre vie est elle un sacrifice vivant pour Lui.

Posons-nous la bonne question en cette période ? Nous courrons pour offrir des cadeaux à ceux qui nous sont chers, mais qu’allons-nous Lui offrir. Nous pouvons offrir les mêmes présents que les mages.

Laissons-le être le roi sur le trône de notre cœur (l’or) faisons monter notre louange, nos prières de reconnaissance, élevons le au-dessus de nous-mêmes, concentrons-nous sur Lui et non sur nous, laissons-le également si besoin guérir nos cœurs brisés (l’encens). Acceptons de mourir à nous-mêmes, afin qu’Il grandisse en nous (myrrhe). L’abandon totale de notre être pour Lui. Ainsi sa royauté sera reconnue de tous au travers de nous. Tous verrons Jésus le roi des Juifs.  

Posté par Voisin myriam à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

04 octobre 2017

Nos émotions

 Nos émotions

Avant toutes choses, Dieu nous a créées avec nos émotions, elles font parties de notre vie, de nous, de notre âme. (Volonté, émotions, intellect, => siège de la personnalité de la personne.)

Malheureusement nous entendons parfois ; que les émotions c’est pas bon, qu’elles font parties de l’âme et donc nous devons les faire taire, elles sont mauvaises et nous devons les réduire au silence.

D’un autre côté nous avons les personnes qui ne vivent qu’au travers de leurs émotions,

En réalité, nous devons laisser le St Esprit les transformer, ce n’est plus elles qui doivent nous gérer, nous contrôler, mais l’inverse. Si nous acceptons cela, nous serons bien avec nous-mêmes, équilibrée et pourrons être une aide pour les autres

Un autre point important est que les hommes ont aussi des émotions, ils sont sensibles mais gèrent cela différemment.

Ils pensent avant d’agir, contrairement à nous qui suivons nos émotions. L’un et l’autre aspect est bon tant qu’il est équilibré.

Nous sommes uniques, c’est ainsi que Dieu nous a créé, nous avons chacune une personnalité propre et elle comprend nos émotions

Dieu nous dit tu es la seule………. Il n’y en a pas d’autre que toi, prends soin de toi, nous ne sommes pas le clone de quelqu’un.

Nous refusons souvent de faire face à nos émotions. Mais acceptons d’être vulnérable, laissons Dieu nous parler.

Souvent nous avons peur que les gens nous voient comme nous sommes et nous portons un masque pour être accepté, nous devons le faire tomber une fois pour toutes et être vrai, nous ne plairons pas à tout le monde de toute façon, nous devons être vrai et plaire à Dieu. Si nous continuons à porter un masque, nous finirons par nous perdre.

L’abandon de ce masque ou ces masques, nous coûtera quelque chose, mais l’amour du père et la relation, la communion avec les autres qui ont fait la même chose compensera, car alors nous nous sentirons acceptée.

Vous est-il arrivés de penser et même de dire :

« Si je pouvais cesser de pleurer tout le temps, ne plus être si sensible, m’endurcir un peu. Si je pouvais faire cesser ce flot d’émotions qui me submergent. » Cela peut se faire, mais alors nous serons comme des robots qui n’éprouvent rien, ni joie, ni paix, ni amour… »

Nous essayons aussi de les faire taire, car nous voulons garder le contrôle, nous les anesthésions, mais elles se réveillent tout à coup et nous devenons irritables, frustrées, cela peut même nous mener à la dépression, aux ulcères, auto médication intensive, désordre du sommeil, de la nourriture, l’auto destruction. Mais parfois nous les faisons taire définitivement, et ne sommes plus en mesure de ressentir certaines choses.

Nos émotions sont souvent gérées par notre insécurité, notre peur de perdre le contrôle, notre manque d’estime de nous-mêmes, car nous ne savons pas qui nous sommes réellement, par la peur, par une hypersensibilité.

Ce don de Dieu, nos émotions sont emmêlées dans nos vies et au lieu d’être tournée vers les autres nos émotions nous submergent, nous étouffent et nous limitent.

 Nous devons identifier ces émotions, quand elles ont été tordues, emmêlées car Dieu nous a créé avec de bonnes émotions, elles doivent juste s’aligner avec Dieu.

1)      Elles ont été tordues dès Adam et Eve, mais elles peuvent être corrigées car Jésus est venu à notre secours, lorsqu’on l’a accepté, une nouvelle transaction s’est faite. Nos émotions données par Dieu, peuvent de nouveau être contrôlée par Lui. Tout le bon potentiel de nos émotions est possible. La source de nos mauvaises habitudes émotionnelles, nées déficientes non plus de raison d’être.

2)      Ces mauvaises émotions viennent également de tout ce que nous avons accumulé dans nos vies et la façon dont nous y répondons. Parfois nous ne comprenons pas pourquoi elles font surface mais cela peut provenir d’un système de défense, d’alarme pour nous protéger.

Demandons à Dieu de casser ces habitudes émotionnelles. 

Nous allons survoler quelques émotions que nous retrouvons souvent chez nous mesdames.

La manipulation.

Elle démontre souvent que nous ne nous sentons pas spéciale, nous n’acceptons pas non plus l’échec, nous voulons tout contrôler, recherchons la perfection.

Cessons d’utiliser nos émotions comme la colère, la culpabilité, la honte, etc…. Pour contrôler notre entourage et être le centre du monde.

La dévalorisation : Ce sentiment d’infériorité.

Nous nous sentons nulle, et nous nous renfermons. Cela vient souvent du fait d’avoir eu un père ou une mère indifférent.

Si nous attendons des autres pour nous sentir bien, nous n’aurons jamais une bonne image de nous-mêmes. Ne recherchons pas chez les autres ce que Dieu seul peut nous donner, en mettant notre attente sur les autres pour nous sentir bien, nous aurons de la colère, du ressentiment car ils ne nous satisferont pas. Seul Dieu peut nous satisfaire. Je dois me voir comme Dieu me voit.

Elle provient d’attente démesurées mise sur nous, par notre entourage et comme on ne peut y arriver on a des blocages, culpabilité, frustration.

Notre insécurité nourrit ce sentiment, nous pensons que nous sommes inférieurs que les autres sont mieux. Or nous sommes tous différent et c’est cette différence qui nous enrichit les unes les autres.

La comparaison

Nous la trouvons beaucoup chez les jeunes, par rapport à des stars, des mannequins, à l’image que le monde projette etc… Mais également dans le monde chrétien, lorsqu’on pense qu’un tel est plus spirituel, ou prie mieux, parle mieux, chante mieux…. et la colère, la dépression, l’amertume, la jalousie prennent le dessus car nous souffrons de ne pas être comme elles, mais nous oublions que nous sommes unique et que Dieu nous a créé ainsi dans un but bien précis.

La colère

C’est un mécanisme de défense, elle donne l’impression de contrôler ce qui est hors contrôle.

Nombres 20 :7-12

Moïse sous la colère désobéit à Dieu et cela lui couta d’entrer dans le pays promis.

Proverbes 16 :32

Celui qui est lent à la colère vaut mieux qu’un héros, et celui qui est maitre de lui-même que celui qui prend des villes.

La colère est une énergie, nous pouvons choisir de quelle façon l’utiliser. Elle n’est pas un péché sinon Jésus aurait péché et il était pur. Nous devons comme toutes les émotions savoir la dominer la comprendre, la gérer.

Un abus verbal est aussi néfaste qu’un abus physique. Il peut détruire une personne à vie. Elle fait souvent surface lorsqu’on n’obtient pas ce qu’on veut, nous perdons le contrôle, nous plaçons les choses avant les gens. Nous avons peur et notre insécurité nous pousse à la colère. Nous utilisons souvent cette émotion pour obtenir ce qu’on veut, car alors tout le monde s’efface devant nous.

Lorsque nous sommes en colère, prenons du temps, changeons de pièces si nécessaires et amenons là avant tout à Dieu, disons-lui ce que nous ressentons, faisons descendre la pression. Demandons-lui Sa sagesse pour garder ce qui est productif et laissons-lui ce qui est le résultat de mon orgueil et de mes blessures.

Au lieu d’être en colère contre les gens, soyez le contre l’esprit derrière eux qui manipule vos émotions ou la personne pour vous faire exploser.

 Allons-nous la laisser nous détruire, où allons-nous la contrôler par le Saint Esprit.

Ephésiens 4 : 26-27

Si vous vous mettez en colère, ne péchez point, que le soleil ne se couche pas sur votre colère et ne donnez pas accès au diable.

Dieu est un Dieu de colère mais pas comme nous le faisons, Sa colère n’est pas irritable, capricieuse, mais juste et nécessaire, elle n’explose pas, n’est pas hors contrôle.

La culpabilité.

C’est ce que nous ressentons lorsque nous violons les attentes que nous nous sommes imposées, ou celles que les autres ont mises sur nous, ou celles que l’on croit que Dieu a mis sur nous.

La culpabilité n’est pas mauvaise lorsqu’elle vient de Dieu, et nous y répondons par la repentance.

Je dois choisir ce que j’en fais. Vais-je l’accepter et y faire face, en demandant pardon à Dieu Ou je mets à nouveau le masque trouvant des excuses, échappatoires étouffant ce sentiment, cette émotion, en faisant du bien autour de moi, trouvant des distractions, et m’isolant des autres.

La culpabilité est un signe que notre conscience est vivante et que Dieu nous aime, que le Saint esprit agit en nous. Elle me dit que je fais quelque chose de mal.

Nous pouvons gérer cette émotion en gérant nos pensées, en acceptant nos limites, en nous fixant des objectifs à notre portée, en entretenant surtout notre intimité avec Dieu.

La Honte

Elle a vu le jour à la chute d’Adam et Eve, tout comme la peur. Ils ne se voyaient plus à l’image de Dieu (perdu leur identité) et ils se sont couverts et cachés (ils ont eu honte, culpabilisé, peur isoler) ils ont pris sur eux une autre identité.

Elle provoque une perte d’assurance (confusion, phobies, criantes, maniaque, perfectionnisme)

Elle entraine le repli sur soi même, (frustrations, angoisses, timidité, boulimie, anorexie)

Un transfert d’identité (ressembler à quelqu’un d’autre, acteur, vedette, ou une personne de notre entourage que nous aimons=

Refus complet d’identité entraine des déviations (travesti, homosexualité).

La honte m’isole des autres et me rends agressive, j’attaque avant d’être rejeté.

La honte me dit que je suis mauvaise, une erreur.

Elle a son origine dans beaucoup de choses. Elle peut provenir de ce que nous avons subi, de notre insécurité, du fait que nous ne savons pas qui nous sommes, de la peur du regard des autres, de l’échec.

La peur

Elle peut avoir ses racines dans notre vécu, des souvenirs difficiles qui nous ont traumatisés.

Elle peut aussi venir de choses que nous avons vus. Ou nous imaginons des choses qui alimente notre peur. Nous nous faisons des films en avance.

Parfois elle peut provenir du fait de ne pas se sentir à la hauteur, ne pas pouvoir répondre aux attentes de l’autre.

Oublions-le « Mais si je n’y arrive pas, mais si (oui mais) » Dieu nous demande seulement de répondre présent avec ce qu’on a et de lui faire confiance.

Faisons face une fois pour toute à la peur sinon elle va s’amplifier au point de nous paralyser.

Nos peurs, nos inquiétudes ne changerons pas le futur, mais elles nous volent notre présent, la joie de l’instant.

L’hypersensibilité

La sensibilité n’est pas mauvaise et c’est bon d’être sensible au monde qui nous entoure, cela montre que nous ne sommes pas durs, fermés. Mais elle ne doit pas être démesurée.

Nous pleurons sans cesse, nous portons le malheur du monde sur nos épaules, cette hypersensibilité, peut nous mener à la dépression.

La sensibilité lorsque nous la donnons à Dieu, nous donne d’être sensible à l’Esprit, d’avoir de la compassion, pour cela nous ne devons pas tuer nos émotions, mais les canaliser avec l’aide de Dieu.

Nous avons le droit de pleurer, mais pas sans cesse, sans raison apparente. Portons le fardeau que Dieu met en nous et non la misère du monde, sinon nous nous écroulerons et ne seront plus utile.

Nous devons avoir la compassion de Dieu en nous. Pour cela, nous devons être ouvert.

Dieu m’a non seulement donné mes émotions, mais il m’a également donné ma volonté, les deux aspects font partie de mon âme.

Si nous voulons faire le tri dans les placards de nos âmes, mettre chaque chose à leur place, nous ne pouvons le faire qu’avec l’aide du Saint Esprit.

Demandez-lui de vous révéler ce qui est en vous qui est derrière cette émotion afin de l’amener à la croix et que vous soyez rendu accompli en lui, complète

Je ne parle pas de faire de l’introspection, du nombrilisme car cela nous mènera à rien mais demandons au Saint Esprit pourquoi je réagis comme cela, et donnons-lui la racine de notre réaction.

 Nous pouvons aussi parfois avoir besoin de l’’aide de quelqu’un de confiance, pour nous soutenir et prier avec nous (pas pour nous).

Pour gérer mes émotions nous devons :

  1.  Accepter qu’à la base elles sont bonnes et données par Dieu, elles font parties de moi.  Nous sommes humaines et cela signifie que nous souffrirons, nous pensons faussement que si nous refusons de ressentir les choses, nous ne serons pas blessées c’est un mensonge et nous construisons un mur de protection et nous nous focalisons nouveau sur nous-mêmes
  2.  Décider que nos émotions ne vont plus nous contrôler.
  3.   Nous devons nous discipliner  Les émotions ne sont pas plus fortes que notre volonté, nous pouvons les contrôler.
  4.   N’écoutons pas nos mensonges formés dans nos pensées, nous pouvons changer notre façon de penser, nous devons vivre non pas d’après ce que les gens pensent de nous mais selon ce que Dieu pense de nous
  5.    Décidons de ne plus nous trouver d’excuse à nos réactions et faisons-y face.
  6.    Laissons Dieu avoir le contrôle, car de toute façon il sait comment nous sommes, il nous connait mieux que nous.