grain de blé

 

Le grain de blé

Jean 12 :23-26

« En vérité, en vérité je vous le dis, si le grain de blé qui est tombé en terre ne meurt, il reste seul, mais s’il meurt il porte beaucoup de fruit. Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie dans ce monde la conservera pour la vie éternelle. Si quelqu’un me sert, qu’il me suive et là ou je suis là aussi sera mon serviteur. Si quelqu’un me sert le Père l’honorera. »

 Jésus dans ce passage parle de sa mort, sa résurrection, sa glorification. Mais il nous montre également le chemin que nous devons suivre.

Dans le grain de blé :

  •   Le grain qui se décompose en terre nous parle de sa mort.
  •   L’embryon (le germe) qui en sort parle de sa résurrection
  •   Le fruit qui en résulte parle de sa glorification.

Le grain de blé en lui-même n’est qu’un grain, qui s’il n’est pas planté ne remplira pas son but : De nourrir les affamés.

Un grain a une enveloppe plus ou moins dure qui renferme la partie fertile du grain l’embryon (le germe de vie au stade de vie ralenti, le potentiel du grain est dans ce germe. Mais s’il reste à l’état de grain, la vie, le potentiel ne peut pas sortir.

Tout comme Jésus nous devons accepter de mourir.

Comme le grain est enseveli dans la terre, nous devons être ensevelis dans la mort de Jésus. C’est ce qui s’est passé à la conversion, nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort Romains 6 v4-5

Jésus est mort, il a donné sa vie tout comme le grain en terre pour que le fruit jaillisse, pour cela il fallait qu’il passe par la résurrection (la vie qui sort de la mort)  et ainsi il porte du fruit.

Si nous voulons suivre Jésus nous devons comme le grain mourir à nous-mêmes pour laisser jaillir la vie de Christ en nous. Nous devons reconnaitre que nous sommes ensevelis dans sa mort et cessés de vivre selon notre chair.

Le grain contient très peu d’eau 10% ce qui le rend résistant.

L’eau c’est la parole ; on la connait suffisamment pour résister aux attaques extérieures.

Plus le grain se remplit d’eau plus il gonfle et romps l’enveloppe laissant sortir le germe.

Lorsque la parole prend vie en nous que nous la laissons agir, Christ peut croitre, ce qui nous retenait éclate pour laisser passer la vie. Plus nous lirons la Parole, plus l’enveloppe (notre chair, notre moi) craquera laissant apparaitre Christ.

Cette enveloppe au début nous protégeait mais pour que nous puissions croitre nous devons la faire tomber ‘le moi’ doit disparaitre.

Le grain croit dans les 2 sens.

  •   A l’air libre
  •   Dans le sol (racines)

Plus les racines se développent plus il est résistant, solide à l’extérieur.

Une fois en terre, il commence à se nourrir mais il y a la phase de l’hiver qu’il doit traverser. Cette phase est nécessaire pour éliminer les substances qui empêchent la germination (la vie de sortir). Ceci nous montre que nous devons accepter les épreuves, les échecs et la mort à nous-mêmes et ne pas nous révolter contre Dieu ainsi le grain mourra et la germination commencera.

Le grain ne prend vie qu’à condition de mourir.

Le grain est dans l’obscurité, dans la terre loin du regard du monde. Nous devons également rechercher ces moments d’intimité avec Dieu loin du regard des autres.

Dans des conditions favorables, 1 seule semence peut produire des centaines de nouveaux grains.

Les conditions favorables sont

  •  L’intimité avec Dieu
  •  L’arrosage régulier. ‘parole tous les jours’

La mort du grain apporte le fruit. Il nourrit les autres. C’est le don de soi, c’est basculer en Dieu et non plus sur nous-mêmes.

La mort du grain apporte les récoltes à venir.

Le grain qui meurt est porteur de fécondité qui le dépasse et le projette loin devant lui.

Dans sa mort, sa résurrection Christ à la vie de chaque être qui veut accepter son sacrifice.

Dans l’acceptation de mourir à nous-mêmes, nous avons la vie de notre entourage, le monde sera davantage touché par notre façon de vivre, d’être que par nos paroles. Accepter de mourir à soi même c’est d’être comme le grain de diminuer afin que la vie de Christ croit en nous.

La mort du grain prépare les récoltes à venir.

Si nous mourrons à nous-mêmes, nous serons à l’image de Christ et cela aura une répercussion non seulement sur nos proches mais aussi sur leur descendance.

Acceptons de mourir sans tenir compte des expériences passées. Mais regardons au fruit qui peut nourrir notre entourage.

Accepter de mourir comme ce grain en terre, c’est de s’oublier pour laisser la place à Christ.

Ne vous dites pas mais moi je ne suis pas capable, je ne suis rien car dans chaque grain il y a les mêmes possibilités.

Il est important que nous donnions notre vie pour Lui afin d’accomplir la volonté du Père, tout comme il l’a fait  et être en communion avec Christ

Lorsque nous prenons cette attitude de mort, Dieu met en nous tout ce qu’il veut, attend de nous. Ainsi le potentiel, la vie qui est en nous peut sortir vers l’extérieur. Nous marchons ainsi en nouveauté de vie.

C’est à la portée de tout le monde, il suffit simplement de vouloir faire la volonté du Père, en mourant à nous-mêmes c'est-à-dire en laissant le Saint Esprit œuvrer en nous. Faisant mourir les œuvres de la chair.

Souvenons nous qu’à notre conversion, nous avons été ensevelis en Christ et sommes devenus une même plante.