Slichot22

Les jours redoutables (suite de la fête des trompettes)

Nous avons vu que cette période privilégie le repentir, la prière est plus axée sur l’introspection que l’imploration et la Tsedaga (don monétaire anonyme donné aux pauvres), cela annule selon la tradition les mauvaises choses de nos vies.

Cette fête est marquée par le blanc.

Ces jours font prendre conscience collectivement de la fragilité de la vie, et de l’importance du moment présent.

Pendant cette période le juif repense à l’année écoulée et espère que l’année va devenir meilleur. Oubliant que parfois le plus important est l’instant présent.

Il vit en ce disant que tout ce qui doit arriver va arriver aujourd’hui, ce qui fait de ce moment quelque chose de riche. Le potentiel de l’infini est dans l’instant présent.

Un jour gâché, c’est comme une vie gâché. Une fois qu’aujourd’hui est passé c’est fini à jamais.

Chaque jour a un potentiel infini de bien et de mal.

Ces jours leur donnent de ralentir, de s’arrêter et de vivre ce jour dans lequel ils sont comme si c’était le dernier.

Ils peuvent donc regarder en face la vérité sur eux-mêmes.

Ils recherchent la réconciliation avec les gens avec lesquels ils sont fâchés et à réparer le mal qui a été fait entre eux.

Pendant ces 10 jours, ils mettent tout en œuvre pour être sur de recevoir le pardon et d’être inscrit dans le livre de Vie. Sachant que Dieu les bénira dans l’année nouvelle.

 L’aspect prophétique pour Israël.

Ces jours marquent prophétiquement le début des jours de tribulation avant le  second retour du Messie.

 Au son de la trompette, l’épouse de Christ sera prise et les jours de tribulation (le jugement, la colère  de Dieu) commenceront pour Israël jusqu’à ce que la nation reconnaisse son erreur et se repente alors le Messie reviendra avec ses saints.

  Que représente ces jours pour nous.

 Si nous acceptons d’être les trompettes de Dieu, ses prêtres. Chaque fois que le st Esprit nous convainc de péché, chaque fois que nous savons avoir loupé le but, nous venons au trône de grâce demandé pardon à Dieu et savons qu’il nous pardonne.

Nous devons vivre notre vie chrétienne comme si nous pouvions partir à n’importe quel instant.

Nous devons nous poser la question qu’Israël se pose en ces jours. Si ma vie s’arrête aujourd’hui, maintenant, est ce qu’elle a été utile pour Dieu ? Ai-je fini ma course ? Suis-je digne de remporter le prix ?  

Nous devons vivre le moment présent comme s’il était le dernier.

Nous rêvons de notre futur ou ruminons notre passé en pensant plus à ce que nous avons manqué ou à nous soucier de ce qui n’a pas encore eu lieu. Oubliant ce que Jésus nous a dit : de ne pas nous inquiéter du lendemain à chaque jour suffit sa peine.

Comment vivons nous notre maintenant est ce avec le filtre de la nostalgie du passé ou le gardons nous précieusement pour un jour à venir.

Ces jours permettent de prendre conscience du choix devant nous.

Nous allons continuer à vivre timidement craignant tout ce qui peut nous tomber dessus

Nous allons regarder en face la manière dont nous avons vécu et voir si on peut faire les choses autrement à l’écoute de l’Esprit en nous.

Ces jours permettent de réparer ce qui est brisé entre notre entourage, entre Dieu et nous et en nous-mêmes pour entrer dans la nouvelle vie renouvelée et réorienté.

Chaque jour est un jour nouveau ou nous pouvons tout recommencer car contrairement à Israël nous savons que nous sommes inscrit dans le livre de vie car nous avons reçu Christ.

Mais quelle place allons-nous avoir ? Allons-nous juste arriver au ciel ? Ou allons nous être des prêtres et rois qui viendront régner avec Christ sur la terre à son retour ?

 

(suite avec yom kippour)