Israel-antiquité-Carte-Canaan-et-tribus-d-Israel-Zabulon-Ephraim-Amaalek-Simeon-Edom-Moab-Juda-

 Les villes de refuge

Exode 21 :12 à 14

« Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort. S’il ne lui a point dressé d’embûches, et que Dieu l’ait fait tomber sous sa main, je t’établirai un lieu où il pourra se réfugier. Mais si quelqu’un agit méchamment contre son prochain, en employant la ruse pour le tuer, tu l’arracheras même de mon autel, pour le faire mourir….. »

D’après les coutumes anciennes lorsqu’une personne était tuée, le membre de sa famille (oncle, père, frère, cousin) était le Goël (celui qui rachète, le rédempteur, celui qui remet les compteurs à zéro si je puis dire) pour racheter le sang versé, il devait verser le sang du meurtrier. Il devenait le vengeur de sang.  Nombres 35 :12

Après avoir donné les 10 commandements, Dieu pourvoir à ce cas de justice.

Il y avait deux types de meurtres :

Le prémédité pour lequel la sentence était sans appel, même les cornes de l’autel ne pouvait le protéger.

L’accidentel pour lequel un moyen d’échapper à la mort était donné, il devait aller dans les villes de refuge

Nombres 35 :9-23

Le but de ces villes était de protéger le meurtrier accidentel (sans préméditation) du vengeur de sang jusqu’au jugement V12, mais également le vengeur de sang afin qu’il ne verse pas le sang innocent.

Il y avait 6 villes de refuge, qui ne concernaient pas seulement Israël mais également les nations, les étrangers.

Certaines conditions étaient alors établies :

Si le meurtre était reconnu non prémédité, le meurtrier pouvait rester dans la ville de refuge. Pour cela il devait y séjourner jusqu’à la mort du souverain sacrificateur. Après cela, il était amnistié, et retourner sur ces terres.

Mais s’il en sortait avant cela,  le vengeur de sang pouvait le tuer.

Nombres 35 : 9-34 ; Deutéronome 19 : 1-13

Non seulement le peuple d’Israël devait faire les villes de refuge, mais il devait également établir les routes et les garder en bon état  afin que le meurtrier puisse accéder aux villes sans souci.

Deutéronome 19 :3

« Tu établiras des routes, et tu diviseras en trois parties le territoire du pays que l’Eternel, ton Dieu, va te donner en héritage. Il en sera ainsi afin que tout meurtrier puisse s’enfuir dans ces villes. »

Etablir : Fixer, pourvoir, préparer, façonner, fournir

Les routes devaient être suffisamment larges et planent, s’il y avait une rivière, un pont, un gué devait être construit afin d’arriver à la ville de refuge sans détour, délai. L’accès était également signalé par des panneaux indicateurs.

Ces passages de Nombre, Exode, Deutéronome trouve leur accomplissement dans

 Josué 20 :1

« L’Eternel parla à Josué et lui dit :

Parle aux enfants d’Israël, et dis : Etablissez-vous, comme je l’ai ordonné par Moïse, des villes de refuge. »

Avant d’entrer dans le pays promis et d’établir les villes de refuge, il y avait les cornes de l’autel, si un homme les saisissaient, il ne pouvait être tué.

Refuge : Lieu de protection, forteresse, un port, un lieu de sécurité.

V4-5

« Le meurtrier s’enfuira vers l’une de ces villes, s’arrêtera à l’entrée de la porte de la ville, et exposera son cas aux anciens de cette ville ; ils le recueilleront auprès d’eux dans la ville, et lui donneront une demeure, afin qu’il habite avec eux. Si le vengeur de sang le poursuit, ils ne livreront point le meurtrier entre ses mains ; car c’est sans le vouloir qu’il a tué son prochain, et sans avoir été auparavant son ennemi. »

Fuirent : Disparaitre, courir aussi vite que possible pour s’échapper sans regarder en arrière et sans s’arrêter.

Peu importe les arguments du vengeur de sang, il ne pourra pas avoir accès au meurtrier "accidentel "           

Les villes de refuge se trouvaient  des deux côtés du Jourdain, elles se trouvaient à l’Est et à l’Ouest.

Jourdain : Rivière de la peine, du jugement, descendre

V7

« Ils consacrèrent Kedesch, en Galilée, dans la montagne de Nephtali ; Sichem, dans la montagne d’Ephraïm ; et Kirjath-arba, qui est Hébron, dans la montagne de Juda. Et de l’autre côté du Jourdain, à l’orient de Jericho, Ils choisirent Betser, dans le désert, dans la plaine, dans la tribu de Ruben ; Ramoth, en Galaad, dans la tribu de Gad ; et Golan, en Basan, dans la tribu de Manassé. »

Dieu nous dit dans le Psaume 103 :12

« Autant l’orient est éloigné de l’occident, autant il éloigne de nous nos transgressions. »

S’il n’y avait pas ces villes de refuge, le meurtrier par accident ne pourrait sauver sa vie. Grâce aux villes de refuge, il pouvait vivre sans craindre la mort, d’être tué par le vengeur de sang.

Ces villes nous donnent une image non pas de l’Eglise, mais de Jésus.

1.    Kedesch : Saint, consacré                Nephtali : Victoire dans le combat

Jésus est saint, il nous donne la victoire dans le combat, alors que nous nous consacrons d’avantage à Lui 

2.    Sichem : Epaule, exalté                    Ephraïm : Double portion

Jésus a pris sur ses épaules notre jugement, nos souffrances Esaïe 53 :4, et il nous donne la double portion de son Esprit alors que nous l’acceptons

3.    Kirjath-arba => Hébron : Heureux, alliance, gué         Juda : Louange

Son sacrifice nous donne de passer de la mort à la vie, nous avons de nouveau fait alliance avec le Père, nous sommes heureux, et élevons notre louange vers Lui. 2 Corinthiens 5V19

4.    Betser : Forteresse, séparation           Ruben : Nouveau commencement

L’Eternel est notre forteresse Psaume 18 :2. Grâce à Jésus je suis en sécurité, il est ma forteresse, il m’a séparé de mon ancienne vie et m’a fait entrer dans une nouvelle vie. 2 Corinthiens 5 :17

5.    Ramoth : Lieux élevés, hauteur           Gad : Troupe, joie, bonne chance

Au travers du sacrifice de Jésus, je peux m’élever au-dessus des circonstances de ma vie, les voir avec ses yeux, prendre de la hauteur et être joyeux car la joie du seigneur est non seulement ma force mais je sais également que je ne suis pas seul, Jésus et ses anges sont avec moi à chaque instant. Matthieu 28 :20 ; Psaume 91 :10-11

6.    Golan : Exile, passage                        Manassé : Qui fait oublier

Je suis passé de la mort à la vie grâce à Jésus et mes transgressions sont oubliéesJean 5 :24, Esaïe 44 :22, je suis également en exile, je ne suis qu’un pèlerin sur terre, un exilé du ciel. Je ne suis pas du monde, mais dans le monde. Jean 17 :15-16

Lorsque nous regardons bien, elles nous ramènent  toutes à Jésus, à son rachat.

Quel rapport avec nous ? Nous n’avons pas versé le sang innocent, peut-être pas physiquement mais verbalement Matthieu 5 v21-22

Le sang innocent de Jésus a été versé pour nous, nos péchés l’ont tué.

Jésus est aussi une image du vengeur de sang dans le sens qu’il nous a racheté. Il est celui qui nous cherche, nous attire. Jean : 6 :44-45 Il rachète le mal fait à autrui, surtout au père. Il nous a rachetés de nos péchés.

Jésus a tout accompli, il est le rédempteur, le refuge, l’avocat 1 Jean 2 :1-2

Un seul témoin n’était pas suffisant pour condamner la personne. Il en fallait au minimum 2. Deutéronome 19 :15

Jésus nous a lavés et purifiés de toute condamnation Colossiens 2 :14 ; Romains 8 :1, c’est pour cela que je dois marcher en lui et non selon ma chair. Si nous péchons et lui demandons pardon, Jésus est toujours là notre refuge vers qui nous courons loin de notre péché et l’ennemi ne peut rien contre nous. Satan essaiera de venir devant Dieu pour nous accuser mais cela ne tiendra pas car Dieu ne voit pas d’autre témoignage nous accusant.

Dieu veut que nous lui fassions confiance et obéissions à sa voix.

Tout comme les villes étaient faciles d’accès, nous avons accès facilement auprès du Père, nous n’avons plus tous les rituels à suivre pour être acceptés de lui, simplement accepté Jésus. Jean 14 : 6

Deutéronome 19 :5

Les juges des villes se tenaient à la porte. Jésus est la porte Jean 10 :9

A la croix nos péchés passent en jugement et sont effacés. Nous entrons par la porte dans notre refuge. Nous entrons dans le monde du Père, et ne sommes plus de ce monde.

Tout comme le meurtrier ‘accidentel’ était dans la ville de refuge, à part du monde qu’il avait connu, dans lequel il vivait auparavant, nous le sommes.

Il n’avait pas d’autres choix s’il tenait à la vie, il devait rester dans la ville de refuge Jean 3 :36 Nous avons la vie ou nous ne l’avons pas. Il n’existe que deux royaumes celui de Dieu et celui des ténèbres. C’est l’un ou l’autre.

Nombres 35 :19-31

Le vengeur de sang devait tuer le meurtrier, aucun prix, aucune rançon ne pouvait le dégager de cette responsabilité.

Souvent nous essayons de nous acheter une conduite en faisant des œuvres pour nous racheter une conscience mais cela ne fonctionne pas car seul Christ peut le faire pour nous et l’a fait en payant le prix. Il nous a rachetés, nous sommes passés de la mort à la vie.

Le meurtrier ‘accidentel’ devait rester dans la ville jusqu’à la mort du souverain sacrificateur sinon il avait de fortes chances de mourir.

Jésus notre souverain sacrificateur donna sa vie afin que nous soyons libres, amnistiés de nos péchés, sachant que nous pouvons courir à lui pour nous y réfugier car notre protection, notre sécurité est en Lui.

Nous devons également restés à l’ombre de ses ailes Psaume 17 :8 ; 91 :2

Les villes de refuge nous parlent de Jésus notre rédempteur, notre refuge, notre avocat.

Quand sortons-nous de notre refuge ?

  1. Lorsque nous désobéissons à Dieu
  2. Lorsque nous  servons notre moi, nos désirs
  3. Lorsque nous adorons nos besoins

Même si nous pensons être des gens biens, souvent nous avons détruit, porter préjudice au nom de Dieu.

  1. En parlant derrière le dos de quelqu’un, nous détruisons sa réputation
  2. En faisant honte à quelqu’un, nous détruisons son âme
  3. En colportant un mensonge, nous ne sommes pas sûrs que ce que nous disons soit vrai mais nous le colportons quand même.
  4. En étant égoïste, cupide, avare etc…..
  5. En faisant les ouvres de notre chair Galates 5 : 19-21

 Le fait d’accepter Christ, nous donne non seulement d’être transformés à son image mais également d’avoir quelqu’un vers qui se réfugier quand tout va mal dans nos vies, nous ne sommes plus seuls.

Bien que nous soyons nés de nouveau, nous pouvons ne pas avoir de communion personnel avec Dieu, mais nous devons savoir que nous serons toujours ses enfants, cette filiation restera pour toujours dès l’instant où nous sommes nés de nouveau, que nous sommes entrés dans la ville de refuge.