appel de moise

 

Les 3 signes de Dieu

 

Exode 4

Moïse a reçu l’appel de Dieu, ces quarante années à Madian, à garder le troupeau de son beau-père  l’ont façonné.

Il n’est plus ce prince d’Egypte, aimé par le peuple, imbu de lui-même. Il est devenu un simple berger, une personne quelconque, vers qui les regards ne se tournent pas forcément.

Moïse émet plusieurs objections à son appel, toutes basées sur son incapacité, ses peurs, sur le fait qu’il regarde à lui-même, son vécu. Mais ce n’est pas ce que Dieu voit.

Lui qui était prince en Egypte, n’a plus que la verge de berger, l’extension de sa main, sur laquelle s’appuyer chaque jour pour guider le troupeau.

V5

« Ils ne me croiront pas »

Dieu lui révèle sa puissance afin de faire taire les incrédules. C’est souvent ce qui se passe dans les temps d’évangélisation, nous voyons les miracles, les prodiges se faire, afin de faire taire les incrédules.

Parfois dans le monde chrétien on se demande pourquoi nous ne voyons pas autant de miracles, de prodiges de Dieu lors de nos réunions, mais Dieu n’a pas besoin de se manifester autant car nous ne sommes plus incrédules, nous savons qu’Il est là et qu’Il est le Dieu des miracles, nous marchons par la foi, la confiance et non par la vue.

Le premier signe

« La verge se transforme en serpent »

Verge : Natteh = Baton, verge, sceptre, moyen, rameau, branche, traits.

             Natah = Etendre, étirer, lancer, tourner, détourner, pervertir, incliner, périr, courber

V2

Dieu lui pose une question dont Il connait la réponse, mais il voulait amener Moïse face à lui-même. Qu’y-a-t-il dans ta main ?

C’est l’instrument que Moïse utilise pour guider le troupeau, c’est l’extension de sa main pour empêcher au troupeau de s’égarer. Cela montre ce qu’il est, ce qu’il fait, son autorité sur le troupeau.

Cette verge symbolise ce qu’il représente, un homme quelconque, c’est son appui de chaque jour.

Lui qui aurait pu guider les égyptiens ne guide plus qu’un troupeau dans le désert.

Et même cela Dieu lui demande de le jeter à terre. Ce qu’il fait abandonnant ainsi ce qu’il croit être, faire.

En faisant cela, il a la révélation que ce sur quoi il s’appuie n’est pas bon. La verge se transforme en serpent et cela lui fait peur.

Il fuit devant le serpent, il réalise que son appui n’est pas bon. Il est face à lui-même.

Lorsque le Saint Esprit nous révèle ce qui est caché, et le met à la lumière, nous agissons parfois comme Moïse, nous prenons peur de ce que nous voyons en nous. Est-ce que nous prenons appui sur ce que nous faisons en pensant bien faire. Quelle est la motivation derrière ce que nous faisons.

Si nous voulons que Dieu nous utilise, nous serons amenés avant tout à nous regarder en face, afin de réaliser que notre appui n’est qu’en Dieu, que nous ne sommes rien sans Lui. Tout vient de Lui

V4

« Etends ta main et saisis le par la queue »

Un serpent n’est pas saisi par la queue car sinon il se retourne et mord la personne. Mais là Moïse fait ce que Dieu lui demande et comme Dieu lui demande. Il saisit le serpent par la queue, faisant preuve d’autorité et le serpent redevient une verge. Il surmonte sa peur.

En faisant ainsi, Moïse réalisa qu’il n’a pas à avoir peur, qu’il a autorité, il le fit par la foi.

N’oublions pas que tout ce que nous faisons, nos bonnes œuvres ne sont qu’un vêtement souillé Esaïe 64 V 5 ; mais nous avons autorité sur notre chair et savons que cette autorité vient de Dieu pas de nous. Moïse tout comme Paul savait qu’en lui  il n’y avait rien de bien Romains 7 V 18

V20

Cette verge n’est plus celle de Moïse mais celle de Dieu. C’est Dieu qui est en charge, qui va guider le peuple d’Israël. Il utilisera Moïse, mais l’autorité vient de Dieu, le ministère est celui de Dieu pas de Moïse.

1 Corinthiens 6 V 19-20 ; Galates 2 V 20 Nous en nous appartenons plus, et lorsque Dieu nous utilise ce n’est pas notre ministère mais celui de Dieu agissant au travers de nous.

C’est l’abandon total concernant non seulement notre vie, mais tout ce que nous faisons, regardant sans cesse à Dieu, car tout dépend de lui.

Exode  4 V 6

Le deuxième signe

« Mets ta main dans ton sein….. Sa main était couverte de lèpre, blanche comme de la neige»

Lèpre :  tsara’ah en hébreu : être morbide de peau

C’est ce que Myriam eut à cause de sa rébellion contre Moïse Nombres 12

C’est ce que Guéhazi serviteur d’Elisée reçu en châtiment pour avoir tiré profit de Naaman, de la faveur immérité de Dieu 2 Rois 5 V 20-27

Dieu montre à Moïse que son cœur est malade, Jérémie 17 V 9 mais Dieu le guérit lorsqu’il remet sa main et qu’elle redevient chair.

Tout comme Myriam, nous voulons souvent les choses à notre façon, nous refusons l’autorité de Dieu, Myriam était utilisée par Dieu mais ce n’était pas suffisant, elle voulait être reconnue avoir de l’importance, oubliant que c’est Dieu qui donne les dons, et utilise quand et comme il veut les personnes. Ou bien comme Guéhazi nous voulons tirer profit du don de Dieu, nous refusons de Lui rendre gloire, tirant les honneurs vers nous et non Dieu.

Lorsque nous faisons cela, nous devenons lépreux spirituellement et seule la reconnaissance de ce que nous sommes ou avons fait nous ramènera à Dieu et nous redeviendrons, reconnaitrons que nous ne sommes que chair et que Lui seul est la puissance miraculeuse agissant au travers de nous.

Dieu montrait une fois de plus à Moïse que tout dépendait de Lui, qu’il ne devait pas mettre en doute ce que Dieu faisait et aussi de se garder d’en tirer profit.

Dieu était celui qui agissait et Moïse n’était que chair.

Exode 4 V 9

Le troisième signe

«….Tu prendras de l’eau du fleuve ……deviendra du sang sur la terre. »

Le fleuve (ou rivière selon certaines versions) est symbole de vie de fécondité.

L’eau changée en sang n’est plus buvable, la sécheresse est alors totale, c’est ce qui s’est passé en Egypte. Exode 7 V 14-25

L’eau symbolise la Parole de Dieu

La Parole de Dieu est ce qui nous lave, nous purifie. La vie véritable vient de la parole, c’est la seule source qui nous désaltère totalement.

Dans ces trois signes, nous voyons le sacrifice de Jésus, le plan rédempteur de Dieu, non seulement pour Israël, mais pour l’humanité.

Au travers du sacrifice, le péché, Satan, la mort ne sont plus, au travers du sang versé à Golgotha répandu sur la terre, la victoire sur Satan, sur le moi fut accomplie. Il nous suffit simplement d’accepter cela par la foi. Et alors les fleuves d’eau vive jailliront de notre sein. Jean 7 V 38

Dans ces trois signes, nous voyons l’autorité et la puissance de Dieu se manifester. Pourtant Moïse  regarda à nouveau à lui-même et objecta quant à son appel. Mais nous faisons de même, oubliant que c’est exactement ce que Dieu veut, que nous réalisions que sans Lui nous ne sommes rien et ne pouvons rien.

Dieu aurait pu choisir d’utiliser Moïse, en tant que prince d’Egypte pour libérer son peuple, mais il a attendu que Moïse ne soit plus rien pour les égyptiens, pour son peuple afin que Moïse ne se glorifie d’avoir été le libérateur du peuple  d’Israël.

Nous devons réaliser une chose c’est que Dieu utilise les choses folles du monde pour confondre les sages. Car la gloire ne lui revient qu’à lui seul.        1 Corinthiens 1 V 26-31

Souvent nous n’avons pas confiance en nous, mais Dieu est « Je suis ». Tout ce que nous ne sommes pas, il l’est pour nous.

Nous ne savons pas parler, il est celui qui parle au travers de nous.

Si nous pouvions réaliser pleinement que Dieu « Je suis » est tout en nous, nous ne nous sentirions pas incapable, limité.

Regardez à Moïse, il n’avait aucune confiance en lui et voyez comment il a fini.

  • Un homme ordinaire servant un Dieu extraordinaire.
  • Un homme quelconque dont on parle encore aujourd’hui, et cite en exemple.
  • Un prophète qui préfigura Jésus Christ. Deutéronome 18 V 15-19
  • Celui que Dieu utilisa pour libérer une nation de l’esclavage à l’image de Jésus nous libérant de l’esclavage.

Ne soyons pas de ceux qui ont accepté le sacrifice de Jésus et qui ensuite reprenne leur vie en main, car ils ne se sentent pas à la hauteur. Ou parce qu’ils pensent ne pas avoir besoin de l’aide de Dieu dans leur vie de chaque jour.